Le changement, c'est maintenant!

Éditorial

Monsieur le curé aurait-il décidé de faire campagne? Envisage-t-il de constituer une liste pour les municipales? Les habitués évronnais de la messe dominicale savent déjà que ce slogan, utilisé naguère, avec succès d'ailleurs, par un candidat à l'élection présidentielle, est aussi devenu le leitmotiv de l'action pastorale de leur nouveau curé. Donc n'ayez crainte, « Don Camillo » ne se lance pas en 2014 à la poursuite de quelque mandat politique que ce soit, ni local, ni national. Il n'a pas non plus décidé de bouleverser de fond en comble l'organisation de la paroisse d'Évron quelques mois après son arrivée.

Il se dit seulement que ce slogan politique pourrait aussi utilement devenir une devise personnelle pour chacun de nous en ce début d'année. Et si 2014 était l'année du changement intérieur de nos vies? Ne pourrions-nous pas profiter de cette « nouvelle année » pour adopter de « nouveaux comportements »? Pour réformer, non pas les règles de la fiscalité ou les procédures économiques, mais nos règles de vies et nos procédures internes, nos modes de fonctionnement personnel? La devise paroissiale que je vous propose donc d'adopter en 2014 c'est: « la conversion, c'est maintenant! » Réformer nos vies, voilà l'unique et magnifique programme de chaque vie chrétienne finalement, mais plus encore cette année.

En effet, Monseigneur Thierry Scherrer, notre évêque, a justement souhaité que notre diocèse tout entier vive une « année de la conversion ». Les chrétiens seraient-ils de plus grands pécheurs que les autres? Peut-être ni plus, ni moins, mais on est en droit d'attendre d'eux que leur vie tende à se rapprocher de plus en plus de l'Évangile de Jésus. Pour cela Monseigneur Scherrer nous a montré le 9 décembre dernier à Notre-Dame d'Avesnières, combien Marie pouvait éclairer notre chemin: « nous voulons nous mettre à l'école de Marie, la toute-sainte, pour apprendre d'elle comment accueillir le salut de Dieu dans nos existences d'hommes et de femmes marqués par la finitude et le péché ». Car « c'est vrai que si nous sommes parfois habitués nous-mêmes à vivre dans la compromission du péché sans que cela nous affecte, Marie, elle, exprime toujours une immense tristesse devant les ravages que causent en nous les désordres du mal ». La grâce que Monseigneur Scherrer nous a invités à demander à Dieu par Marie c'est « la grâce d'être guéris de cette insensibilité trop souvent coutumière au drame du péché dans nos vies; la grâce de comprendre que si notre monde est toujours le théâtre d'affrontements et de guerre, c'est parce que notre cœur est lui-même le refuge d'énergies indomptées et encore rebelles à l'amour ».

Pour nous qui avons la chance de vivre à l'ombre de Notre-Dame de l'Épine, voilà donc un beau programme pour cette « année de la conversion » que je nous souhaite pleine d'enthousiasme et de joie selon les encouragements et l'exemple du pape François. Que notre vie devienne plus belle parce qu'elle sera plus dépouillée du superficiel, plus ouverte aux autres et plus intérieure à la fois, c'est le souhait que je formule pour chacun de nous en ce début d'année!

Don Camille, curé

Éditorial