Le dimanche de la Miséricorde

Éditorial

C'est ainsi que le pape Jean-Paul II a intitulé le dimanche après Pâques. Cette année, justement ce jour-là, le 27 avril, il sera canonisé par le pape François, à Rome, en même temps que le pape Jean XXIII. Ce sera un jour de fête pour l'Église, dont la mission est de communiquer la miséricorde de Dieu aux hommes: « Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique » (Jean 3, 16). Les papes Jean XXIII et Jean-Paul II eux-mêmes ne furent-il pas un don de la miséricorde divine pour le monde de notre temps, en convoquant le Concile Vatican II d'une part, et en conduisant l'Église dans le troisième millénaire à travers un long et fécond pontificat (vingt-six ans) d'autre part? S'ils sont devenus des saints, c'est parce qu'ils ont accepté de se laisser toucher, ils se sont montrés vulnérables et fidèles à la grâce, ils ont laissé Dieu bouleverser leur vie pour qu'à leur tour ils puissent « bouleverser le monde ». Le pape François lui-même témoigne, dans ses entretiens, qu'il a reçu l'appel de Dieu à devenir prêtre lors d'une confession qu'il fit à l'aube de sa vie adulte. Il en tiré la devise de sa vie et de son pontificat: « miserando atque eligendo », ce qui pourrait se traduire par « appelant en faisant miséricorde ». Comment ne pas voir, à travers l'exemple et la parole de ces papes, que Dieu nous lance un appel insistant à accueillir Sa miséricorde pour la communiquer au monde?

Coïncidence providentielle? À Évron, ce même 27 avril 2014, les séminaristes de l'abbaye animeront avec la paroisse la messe de 10h30 à la basilique, au terme d'une semaine passée en ces lieux où ils viendront bientôt vivre huit années en vue de devenir prêtres. Préparons-nous à les accueillir et prions pour qu'ils deviennent d'authentiques témoins vivants de l'amour de Dieu.

D'ici là, l'Église nous invite à la conversion, durant quarante jours à partir du 5 mars, Mercredi des Cendres, début du Carême. En cette « année de la conversion » pour le diocèse de Laval, ce sera une période privilégiée pour nous entraîner mutuellement dans ce grand élan de transformation de nos vies à la suite de Jésus. Un temps pour être plus proches de Dieu et plus proches des autres, comme nous y invite le pape François. Ceux qui ouvrent leur cœur et toute leur vie à la miséricorde de Dieu deviennent eux-même des relais de cette miséricorde pour le monde. La première « TOP », le dimanche 6 avril sera l'occasion d'exercer concrètement la miséricorde en paroisse, et la « journée du Pardon », le 12 avril, nous permettra de vivre la démarche sacramentelle de la miséricorde à la basilique, grâce à la présence de nombreux prêtres, « ministres du Pardon ».

Don Camille, curé

Éditorial