Le temps pascal

Éditorial

Le temps qui dure de Pâques à la Pentecôte (cette année le 8 juin), appelé « le temps pascal », est, selon Saint Athanase (évêque d'Alexandrie + 373), « comme un grand dimanche ». Le jour de la Résurrection, par lequel Jésus est désormais vivant hors du temps, se prolonge, pour nous, dans le temps, afin que les baptisés puissent goûter pleinement les fruits de ce mystère immense : la victoire de la Vie sur la Mort.

Beaucoup de jeunes de nos paroisses et de nos écoles vont vivre, à la basilique d'Évron, pendant ce temps pascal, des étapes de leur vie chrétienne qui sont autant de petites résurrections: le dimanche 4 mai, 10 jeunes auront été confirmés par Monseigneur Scherrer, évêque de Laval. Les premières communions auront lieu les 18 et 25 mai, et la Profession de Foi le 1er juin.

Les mystères de la vie du Christ s'accomplissent dans la vie des chrétiens. Saint Paul nous dit: « Ce n'est plus moi qui vit, c'est le Christ qui vit en moi » (Ga 2, 20). C'est pour nous que le Christ est né, pour nous qu'il a souffert et qu'il est mort, et enfin c'est « pour que nous menions une vie nouvelle que le Christ, par la toute puissance du Père est ressuscité d'entre les morts » (Rm 6, 4).

À Pâques, et tout au long de notre vie, le Christ veut remporter la victoire sur toutes les formes de « morts » en nous, Il veut nous libérer de toutes nos prisons intérieures qui sont comme des tombeaux. « Sortez de vos tombeaux, de vos prisons! », nous crie le Christ victorieux de la mort et du mal. Nos péchés, nos amertumes, nos colères, nos rancunes, nos jalousies, nos échecs... Toutes ces épreuves, ces maux qui nous emprisonnent et nous asservissent, le Christ les a pris sur Lui dans Son corps crucifié pour nous « ce sont nos péchés qu'Il portait » (Isaïe 53). Ne laissons pas vaine la Croix du Christ! C'est pour nous qu'il est mort. Ne laissons pas vaine sa Résurrection, c'est pour nous qu'il est sorti victorieux du tombeau!

Don Camille, curé

Éditorial