Heureux pèlerins

Éditorial

Au Ier siècle, Pierre, pêcheur de Galilée devenu chef de l'Église et Paul de Tarse, le pharisien converti du judaïsme, sont venus mourir à Rome pour y témoigner du Christ. Au VIIème siècle, le pèlerin de Notre-Dame de l'Épine a rapporté de Terre Sainte à Évron ces reliques qui font, depuis, la fierté de la cité avec sa basilique dédiée à la Vierge Marie. En ce mois d'avril, plus d'une centaine d'Évronnais de tous âges, se sont fait, eux aussi, pèlerins auprès de hauts-lieux de la foi chrétienne: Lourdes, Assise et Rome. Une même foi nous habite à travers les siècles: le Christ est le Sauveur et Marie, Sa mère, veille sur nous. Nous n'avons pas emporté avec nous de reliques, mais sommes allés vénérer celles de ces nombreux saints, des premiers martyrs de la foi chrétienne aux derniers papes béatifiés ou canonisés en passant par les témoins de Dieu de tous les âges dont les corps ou les reliques reposent en ces petites « terres saintes » que sont devenus les lieux de pèlerinage.

Au XIIème siècle puis au XIXème, Dieu a choisi Sainte Claire ou Saint François puis Sainte Bernadette pour révolutionner le monde par le moyen d'êtres pauvres et fragiles. Le pape François, rencontré lors de l'audience sur la place Saint-Pierre, nous invite tous à oser nous faire les révolutionnaires de la charité dans le monde d'aujourd'hui, en mettant simplement ce que nous sommes à la disposition de la miséricorde de Dieu, en osant nous inviter comme le Christ à la table des pécheurs. Le lendemain de l'audience du mercredi 13 avril, le pape partait sur les îles grecques à la rencontre des migrants pour poser un nouveau geste prophétique face à ce défi colossal pour l'Europe. Un autre formidable pèlerinage marquera les mois à venir: la réunion de près de deux millions de jeunes à Cracovie en Pologne auprès du Pape François à la fin du mois du mois de juillet.

Tous ces mouvements ou déplacements et pèlerinages témoignent de cette quête insatiable qui habite le cœur de l'homme à la recherche d'une vie meilleure, sur cette terre ou dans l'au-delà. Notre monde vit actuellement de très profondes mutations sociologiques, culturelles ou religieuses auxquelles nous ne pouvons pas nous dérober. Plus de 3000 ans en arrière, peuple hébreu fut un peuple de migrants à la recherche de la Terre Promise sous la conduite de Moïse. Aujourd'hui comme hier la quête de sens, de paix, de communion ou d'identité, habite le cœur de l'homme.

Les pèlerinages à Lourdes et Rome nous ont permis d'expérimenter la communion, la joie, l'appartenance entre pèlerins de tous âges formant comme une grande famille où l'on prend soin les uns des autres, et des plus fragiles en particulier, à la rencontre des lieux saints et des figures de sainteté qui nous tracent la voie vers la vraie vie: donnée, rayonnante, audacieuse, humble, abandonnée à la providence divine, sachant accueillir simplement l'amour de Dieu chaque jour et le partager à tous, sans compter.

Don Camille, curé

Éditorial