« N’ayez pas peur! » (Marc 16,6)

Éditorial

Chers lecteurs, le 10 mai prochain, jeudi de l’Ascension, douze jeunes de nos paroisses seront confirmés par l’évêque de Laval à la basilique d’Évron. Cette messe sera animée par les jeunes confirmés des années passées. Venons cueillir et encourager un élan de jeunesse, celui de l’Esprit de Dieu qui « renouvelle la face de la Terre ». Mais « la jeunesse n’est pas qu’une période de la vie, c’est un état d’esprit » (Rudyard Kipling). Il y a deux mille ans les douze apôtres, simples pêcheurs de Galilée, sont passés de la peur à l’audace, de la crainte à la confiance, après avoir été envahis de l’intérieur par le souffle de ce même Esprit reçu à la Pentecôte. Ils ont tous payé de leur vie d’avoir osé annoncer l’incroyable événement de la Résurrection du Christ à leurs frères dans le Judaïsme puis à tout l’Empire de Rome qui régnait sur le monde. Deux siècles et demi plus tard, ce même empire romain devenait lui- même chrétien.

D’incroyables défis s’offrent à nous dans les mois et les années à venir. Ne nous laissons pas dominer par nos craintes, osons croire! Croire en l’amour de Dieu plus puissant que la mort, croire en nous-même et dans les autres. Ne nous laissons pas dominer par nos peurs personnelles ni intimider par les messages inquiétants ressassés par un monde médiatique trop souvent inféodé aux puissants de ce monde. La peur fut de tout temps un outil de manipulation des masses. Ce sont les minorités créatives qui changent le monde et bouleversent le cours de l’Histoire. Ne nous laissons pas dicter nos comportements par la tyrannie de la publicité ou l’inquiétude du « qu’en dira-t-on ». Chacun de nous est venu au monde pour donner quelque chose d’unique. Ne passons pas à côté de nos destinées individuelles et collectives. « Si vous devenez ce que vous devez être, vous mettrez le feu au monde » disait Sainte Thérèse d’Avila, réformatrice du Carmel au XVIème siècle. Alors que notre pays se souvient d’un mouvement de liberté cinquantenaire, notre monde attend aujourd’hui de se mettre à la suite de nouveaux saints et prophètes authentiques. Le pape François est de ceux-là, en serons-nous?

Don Camille, curé

Éditorial